Agghhrr...Ça me fait ça parfois au réveil, entre râle et colère; je sens que la nuit, les rêves ont dû avoir un goût de soufre, probablement le père, sa connerie, sa haine...Je vous avoue que je serais bien allé déjeuner avec Sade, rire avec lui du malentendu (sadique) qu'était devenu son nom et de la pudibonderie qui règne aujourd'hui. On aurait évidemment parlé politique parce que si l'on veut entendre de quoi retourne l'art D/S, c'est bel et bien dans les urnes que cela se passe, dans la res publica, la "chose" publique...C'est elle à partir de quoi se détermine le fantasme de l'autre, et la vision du couple qui en résulte...
Vous êtes venue à moi sous l'angle du fantasme petite fille qui cherche à placer ce corps, qui aimerait savoir ce qui s'y passe quand cesse la retenue morale qui vous fera vieille avant que d'être. On entend à vos mots (que vous maitrisez fort bien) que le sexe est encore indéfini et vous pourriez tout aussi bien habiter un corps masculin ou féminin. Ce qui est sûr c'est que vous cherchez le "levier" qui en rendrait possible la conscience.

Vous m'avez déjà congédié par deux fois et s'il n'était votre habilité au langage, je n'aurais pas insisté. À vous de voir si vous pouvez avoir avec moi un autre comportement que celui de l'onanisme.